La médiation équine, un outil éducatif

 

En partenariat avec l’association ARPE – ÉQUIDÉS, KÔM COACHING met en oeuvre des programmes d’appui éducatif au moyen de la médiation équine.

La médiation équine est une mise en relation  avec le cheval à effets éducatifs, thérapeutiques et de bien- être.

Activité  éducative et ludique pour les enfants, elle est particulièrement bénéfique aux enfants  souffrant de déficit de la relation sociale.

La médiation équine propose, dans un cadre contenant, un mode relationnel non intrusif  et néanmoins contenant à travers la relation au cheval.

Objectifs: communiquer autrement, s’apprivoiser, nouer une relation, se découvrir, se faire confiance et s’ouvrir à l’autre.

Un espace est ouvert aux enfants pour expérimenter, être dans l’initiative, éprouver savoir- être et savoir-faire sous le regard bienveillant et attentif du praticien de la médiation.  Après chaque séance, nous laissons un temps  de parole et d’échange, pour un retour sur ce qui a été vécu.

Nos séances de médiation sont méticuleusement retranscrites et analysées. Elles font l’objet d’analyses cliniques de la pratique.

La médiation équine : une relation d’aide

Nous mettons en œuvre une relation d’aide qui a pour préalable une évaluation approfondie de la situation de la personne, prenant en compte ses spécificités, ses potentialités, l’identification de ses ressources internes, et du contexte externe (économique, social). Elle est fondée sur  une  relation de confiance réciproque dans l’authenticité, la congruence et l’acceptation inconditionnelle de la personne.

Cet accompagnement se met en place sur la base d’un projet personnalisé élaboré avec la famille, les établissements ou services concernés, avec le consentement du bénéficiaire et dans lequel le cheval est intégré et contribue à la réalisation des objectifs éducatifs.

Analyse de la pratique avec le psychologue de l’association et bilans écrits sont régulièrement effectués.

La médiation équine : une mise en relation intentionnelle avec le cheval

«La médiation animale est la recherche des interactions positives issues de la mise en relation intentionnelle Homme-Animal dans le domaine éducatif, social, thérapeutique et de la recherche » (définition retenue par la fondation Sommer qui oeuvre pour le développement de la médiation animale). https://fondation-apsommer.org/

Sensibles et réceptifs, les chevaux sont associés depuis l’antiquité  au bien-être, au plaisir et à la connaissance de soi. Xénophon (Ve siècle avant J.-C.) écrivait que « Le cheval est un bon maître, non seulement pour le corps, mais aussi pour l’esprit et pour le cœur ».

Le cheval médiateur

A travers le soin, l’alimentation, le pansage, les  manipulations, le cheval est  un support  de projection des expériences vécues de la personne dans son propre corps et dans sa relation à l’autre. Le cheval est le  contenant de la parole et des sentiments de la personne à travers une communication différente, non verbale, comportementale et gestuelle. Dans cette communication, émotions et sentiments ont toute leur place.

La médiation équine participe à la réhabilitation des processus primaires décrits par Winnicott de maintien (holding) et de maniement (handling) vécus lors des premières relations du bébé avec sa mère. En effet, le portage procure des sensations de bercement au pas tranquille du cheval, de ballottement, de maintien et de soutien physique, tandis que lors du pansage et des soins, la personne revit l’expérience du maniement en agissant pour le bien-être de son partenaire : brossage, nettoyage des pieds, caresses et nourrissage.

Le cheval partage avec l’enfant des compétences socles essentielles à la construction du petit de l’homme, telles que l’attention visuelle soutenue, l’élan là l’interaction, le comportement affiliatif… Ce partage facilite la rencontre, la construction du lien et l’attachement entre l’enfant et l’animal.

« Éponge affective », miroir des émotions et affects des humains, il offre la possibilité de s’ajuster émotionnellement et affectivement, de s’accorder pour se structurer dans un processus d’attachement sécurisant. Le cheval développe une extrême  finesse de perception des signaux émis par les hommes et réagissent à des signaux non verbaux tels que l’orientation du corps, de la tête ou du regard. Grâce à ses aptitudes sensorielles aiguës, il perçoit  nos émotions, nos ressentis, nos expressions corporelles. Entre l’humain et le cheval se produit des interactions émotionnelles, sensorielles et kinesthésiques. Le cheval perçoit la personne qui le monte comme un « bouquet de sensations » kinesthésiques . Ses neurones sensori-motrices  vont contribuer à la perception des sensations et à rétablir la cohérence entre sa motricité et les sensations perçues.

Dans la communication avec les chevaux nos sens mutuels sont en éveil et le  langage non verbal est privilégié, favorisant la libération des émotions, l’expression sensorielle et corporelle. Nos deux modes de communication se synchronisent. Gestes, postures, attitudes, sons et voix sont mobilisés interagir avec l’animal.

Cet effet miroir favorise  la découverte de soi, la confiance en soi, l’ouverture aux autres et la construction d’un lien d’attachement sécure. Il conduit à des  réajustements comportementaux, contribue à la socialisation et l’autonomie sociale.

Au programme

  • Faire connaissance avec l’équidé, s’apprivoiser : pansage pour le bien être du partenaire, caresses,
  • Interagir, créer une relation d’attachement sécure,
  • Par des manipulations (soins, guidage) et des jeux, améliorer ses acquisitions psycho- motrices et sociales.
  • Le portage (cheval tenu en longe par un intervenant, enfant assis sur son dos) vise l’accordage à l’animal par la synchronisation posturo-corporelle.
  • Les jeux interviennent pour développer l’attention, l’anticipation, la mémoire de l’espace, la tonicité.
  • Lors du guidage au pas, l’enfant chemine avec l’animal qu’il tient en longe. Selon les capacités de la personne, le guidage est plus ou moins complexifié par un parcours défini, incluant des arrêts, des voltes. Au cours de cette séquence, le bénéficiaire se mobilise pour se repérer dans l’espace, mémoriser le parcours, apprendre à communiquer au cheval ses intentions avec les positions de son corps, respecter le cheval et les distances de sécurité, anticiper les mouvements, marcher longe flottante. Par cette approche, il acquiert de la confiance en lui-même et en l’autre. Le cheminement avec l’animal le met dans l’altérité.
  • Evolution en liberté : l’animal peut aussi évoluer en liberté dans l’espace dédié et selon la connexion établie entre bénéficiaire et lui-même, peuvent se développer des interactions intéressantes telles que la recherche du contact tactile, olfactif, visuel, kinesthésique.

L’association ARPE – ÉQUIDÉS a été créée par des professionnels et des propriétaires d’équidés soucieux d’apporter leur contribution à l’épanouissement ds enfants. Elle propose des appuis éducatifs aux parents ou aux institutions ayant la responsabilité d’enfants.

ARPE: https://www.arpeasso.blog

Les équidés

Chevaux, poneys et ânes bien dans leur tête et généreux. Ils sont éduqués à la médiation équine et ont  ont une grande expérience du contact avec les enfants.

Sites d’accueil :  VERNIOZ, commune située au sud de Vienne en Isère et La Chapelle de Surieu